Auteur Sujet: [Diplomacy] - Glasnost  (Lu 3839 fois)

Butch

  • Calamar
  • ***
  • Messages: 823
    • Voir le profil
[Diplomacy] - Glasnost
« le: 01 août 2007 à 15:32:10 »
Et c'est parti pour la retranscription de tous les échanges diplomatiques effectués par la Russie lors de cet embryon de partie.
Je retranscris ici le premier tour, le reste viendra plus tard :)

ETE 1900

Un début de partie un peu passif de ma part, la prépa joue son rôle d'aspirateur à temps libre et je mets un peu de temps avant d'écrire ma première missive. L'Allemagne, la France puis l'Angleterre font le premier pas :

Allemange à Russie - 16/03

Citer
Au gouvernement russe.

L'Allemagne, nouvellement unifiée, souhaite affirmer sa position géopolitique en établissant de solides relations avec ses voisins. Depuis de nombreuses décennies, nos gouvernements entretiennent des relations amicales et soutenues. Nous pensons qu'il serait plus que temps de concrétiser ces rapports par un traité d'amitié entre l'Empire Allemand et l'Empire Russe.

Pour cela, Son Altesse impériale projette une alliance bilatérale, dont les termes exacts resteraient à définir, mais dont le but consisterait à s'assurer mutuellement un soutien defensif voire offensif contre les différentes menaces pesant sur nos deux pays.

Par malheur, la difficulté actuelle qu'éprouve nos ambassades à communiquer avec l'Autriche-Hongrie nous empêche d'effectuer des propositions concrètes de traité, car celui-ci pourrait bien dépendre de l'attitude que vous souhaitez adopter à l'égard des autrichiens, ainsi que de la nature de nos propres relations avec cette puissance; si nous souhaitions être agressifs envers elle, nous devrions négocier ensemble en conséquence, de la même manière qu'une attitude pacifique et cordiale, tout aussi envisageable et qui aurait pour le moment notre préférence, nous permettrait de remodeler conjointement un traité adapté à nos politiques.

Cependant, nous tenons à vous exprimer notre plus grand respect, et notre volonté de créer un axe Moscou-Berlin dont la puissance et l'influence pourrait faire frémir nos potentiels ennemis communs. Nous escomptons que votre célèbre habileté stratégique vous fera étudier et accepter notre offre et la signature d'un futur traité dont nos deux états tirerons de grands bénéfices, et vous promettons de vous recontacter quoi qu'il arrive dès que le dialogue avec le gouvernement austro-hongrois sera rétabli.


Son excellence le Chancelier de Prusse et d'Empire, par la volonté du Kaiser Guillaume II d'Allemagne.
France à Russie - 17/03

Citer
Tsar de toutes les russies où ca pèle grave un peu quand même

une petite missive pour vous rappeler l'amitié qui unit notre peuple au vôtre, remarquable pour sa maîtrise de l'art des danses rigolotes et de la gnole qui décape.
Je me mettrai volontier à votre disposition pour répondre à tous vos mots doux et vos débordements d'affection. J'espère que vous ne refuserez pas les miens.
J'en profite pour vous envoyer en vacance mon jeune cousin Vladimir Llitch afin qu'il fasse chez vous son éducation. Nul doute que vous trouverez en lui un être discret et aimable, quoique légèrement simplet. Je désespère de faire quelque chose de lui ici, j'espère que vous arriverez à mieux que moi chez vous.

Ah oui aussi : décommander ma réservation pour la noel, j'ai finalement opté pour les Seychelles. N'y voyez pas d'affront, c'est ma femme qui a choisi

La France vous fait des gros bisous
Angleterre à Russie - 19/03

Citer
A l'Empereur de Russie.

Bien occupé avec nos pays voisins dans le conflit mondial qui se dessine, l'Angleterre ne souhaite pas entrer en conflit avec la glorieuse Russie.

C'est pour cela que nous vous proposons le traité suivant : l'Angleterre s'engage à stopper ces troupes à la Norvège et les troupes Russes n'iront pas plus loin que la Suède : Norvège/Suède marqueront nos frontières amicales.

Nous n'avons par contre aucune prétention sur le Danemark pour l'instant : il est vôtre si vous vous en emparez avant nous, nous ni verrons aucune objections.

Sa majesté d'Angleterre.
A ce moment, vue l'étendue de la frontière Russe, je décide de porter le combat sur un front et de tenter d'avoir la paix sur les autres. Je pense me lancer dans la conquête de la Scandinavie pour mieux me lancer dans un conflit total contre l'Angleterre, je vais donc tenter d'avoir la paix côté méridional; ma première missive va dans ce sens, destinée à l'Ottoman :

Russie à Turquie - 22/03

Citer
Salutations à la Turquie.

Nous vous faisons parvenir ce courrier avec une intention de paix.
La Russie ne souhaitant pas voir de conflit se développer à sa frontière Sud, nous vous proposons la mise en place d'un traité de non-agression. En effet, à quoi bon se lancer dans des batailles stériles qui immobilisent des armées qui pourraient être utilisées à meilleur escient sur d'autres fronts ? C'est du moins notre avis.

Quoi qu'il en soit, nous vous serions reconaissants de répondre à cette proposition, afin que nous puissions définir les termes du traité, s'il venait à être mis en place.

En espérant qu'une suite soit donnée à cette initiative, je vous salue.
Grigori Raspoutine, sous les ordres de Nicolas II, Tsar de toutes les Russies.
Suite à ces dispositions initiales, de longues discussions par messagerie instantanée avec l'Allemagne aboutissent à un changement de mes objectifs et à la ratification d'un traité. J'abandonne mes idées de conquête de l'Angleterre, une coalition France-Allemagne s'étant déjà donné pour objectif de faire brûler Londres.

Allemagne à Russie - 23/03

Citer
Au gouvernement russe.

Lors du premier sommet entre votre ambassade et moi-même, le débat a porté sur les buts de notre alliance et les objectifs à atteindre pour nos deux nations.
Nous nous sommes quitté en laissant les négociations inachevées, le Tsar ayant demandé un délai de reflexion. Cependant, il a été possible à notre chancellerie d'esquisser un projet de traité en reprenant les termes de notre négociation, dont voici les clauses provisoires:

1- La Russie et l'Allemagne respectent l'inviolabilité de leurs territoires respectifs.
2- L'Allemagne reconnaît la souveraineté de la Russie sur la Suède et la Finlande.
3- La Russie reconnaît la souveraineté de l'Allemagne sur le Danemark et la Norvège.
4- La Russie et l'Allemagne s'engagent à s'apporter aide et soutien contre les agressions extérieures, par tous les moyens disponibles ( diplomatique ou militaire ). Ce soutien ne devra toutefois être effectif pour les signataires que si il ne compromet pas la réalisation de leurs objectifs propres.
5- La Russie s'engage à mettre une flotte à la disposition des forces allemandes avec la mer du Nord et la mer Baltique comme zone d'opération.
6- L'Allemagne s'engage à exercer sur les pays de l'Europe de l'est toute pression qui s'averera nécessaire au bon déroulement des opérations militaires des forces russes dans les Balkans, et à s'aligner diplomatiquement sur la politique russe appliquée dans cette zone et ses régions limitrophes.
7- Le présent traité est amendable ou rectifiable à condition que les modifications apportées le soient de la volonté unanime des signataires dudit traité.
8- Le présent traité est valable jusqu'au printemps 1902, délai au bout duquel il pourra être reconduit en cas de respect total de ses clauses par ses signataires, ou amendé et/ou rectifié selon la volonté nécessairement unanime desdits signataires.


Si ce traité vous convient, le Kaiser en sera enchanté; nous vous laissons cependant la liberté d'y réfléchir et d'en renégocier les termes avec notre chancellerie. Vous êtes pour cela convié à un sommet bilatéral que nous organiserons à Berlin pour achever les négociations et signer le futur traité.

Avec tous nos respects.

Son excellence le Chancelier de Prusse et d'Empire, par la volonté du Kaiser Guillaume II d'Allemagne.
Je cède donc la Norvège et je laisse une flotte en soutien à la coalition franco-allemande histoire que l'Angleterre tombe le plus vite possible. Le Nord étant à priorié sécurisé, je me fixe un nouvel objectif : le Sud, que j'avais décidé d'ignorer au début... et à ce propos, le Turc fait une réponse favorable à mon ouverture :

Turquie à Russie - 23/03

Citer
Au Tsar Nicolas II,

Nous vous assurons l'interet que nous portons a l'Empire de toutes les Russies, ainsi qu'a toute missive pouvant nous parvenir de votre part.

Plus particulièrement, a la vue de celle ci, nous avons décidé de vous apporter une réponse favorable a vos interrogations.
Ainsi tel que vous nous l'avez proposé, nous serions disposés a signer avec la patrie Russe, un traité de non-agression. De part notre relative inexperience, et de crainte de nous montrer insultants par des propositions dérésonables, nous vous serions redevables de prendre l'initiative de rédiger ce sus-dit traité et de nous en faire parvenir un exemplaire auquel nous pourrions tenter d'apporter les corrections nous semblant nécéssaires, voir de l'accepter en l'etat.

Bien tout pacte différent que vous pourriez souhaiter porter a notre attention, toute interrogation, toute propostion, seront examinés avec attention, et recevrons une reponse dans les délais les plus brefs possibles.

En vous remerciant encore pour cette initiative, et en vous saluant cordialement,
Abdülhamid II, sultan, et portecteur de l'Empire Ottoman.
Les relations avec la Turquie partant bien, je commence à définir l'Autriche comme cible pour mon expansion.
Au passage, je ratifie le traité de Berlin (qu'on aurait pu appeller Pacte Germano-Soviétique, vu comment la situation à évolué derrière...) :

Russie à Allemagne - 23/03

Citer
----
Traité de Berlin

1- La Russie et l'Allemagne autorisent exceptionnellement leurs armées à pénétrer en territoire allié. Toutefois, ces incursions doivent être préparées et soumises à des règles précises:
Tout stationnement en territoire allié doit être explicitement sollicité par l'allié.
Tout mouvement en territoire allié doit être effectué en accord avec l'allié et prévu par les deux gouvernements.
Toute injonction à une armée de sortie du territoire allié par cet allié doit être respectée sans délai aucun.
2- L'Allemagne reconnaît la souveraineté de la Russie sur la Suède et la Finlande.
3- La Russie reconnaît la souveraineté de l'Allemagne sur le Danemark et la Norvège.
4- La Russie et l'Allemagne s'engagent à s'apporter aide et soutien contre les agressions extérieures, par tous les moyens disponibles ( diplomatique ou militaire ). Ce soutien ne devra toutefois être effectif pour les signataires que si il ne compromet pas la réalisation de leurs objectifs propres.
5- La Russie s'engage à mettre une flotte à la disposition des forces allemandes avec la mer du Nord et la mer Baltique comme zone d'opération.
6- L'Allemagne s'engage à exercer sur les pays de l'Europe de l'est toute pression qui s'averera nécessaire au bon déroulement des opérations militaires des forces russes dans les Balkans, et à s'aligner diplomatiquement sur la politique russe appliquée dans cette zone et ses régions limitrophes.
7- Le présent traité est amendable ou rectifiable à condition que les modifications apportées le soient de la volonté unanime des signataires dudit traité.
8- Le présent traité est valable jusqu'au printemps 1902, délai au bout duquel il pourra être reconduit en cas de respect total de ses clauses par ses signataires, ou amendé et/ou rectifié selon la volonté nécessairement unanime desdits signataires.

----

Moi, Grigori Raspoutine, représentant Nicolas II, Tsar de toutes les Russies, jure sur l'honneur d'honorer les clauses décrites par le Traité de Berlin.
Fait à Berlin, en ce printemps 1900.
Et l'Allemagne le cosigne :

Allemagne à Russie - 23/03

Citer
----
Traité de Berlin

1- La Russie et l'Allemagne autorisent exceptionnellement leurs armées à pénétrer en territoire allié. Toutefois, ces incursions doivent être préparées et soumises à des règles précises:
Tout stationnement en territoire allié doit être explicitement sollicité par l'allié.
Tout mouvement en territoire allié doit être effectué en accord avec l'allié et prévu par les deux gouvernements.
Toute injonction à une armée de sortie du territoire allié par cet allié doit être respectée sans délai aucun.
2- L'Allemagne reconnaît la souveraineté de la Russie sur la Suède et la Finlande.
3- La Russie reconnaît la souveraineté de l'Allemagne sur le Danemark et la Norvège.
4- La Russie et l'Allemagne s'engagent à s'apporter aide et soutien contre les agressions extérieures, par tous les moyens disponibles ( diplomatique ou militaire ). Ce soutien ne devra toutefois être effectif pour les signataires que si il ne compromet pas la réalisation de leurs objectifs propres.
5- La Russie s'engage à mettre une flotte à la disposition des forces allemandes avec la mer du Nord et la mer Baltique comme zone d'opération.
6- L'Allemagne s'engage à exercer sur les pays de l'Europe de l'est toute pression qui s'averera nécessaire au bon déroulement des opérations militaires des forces russes dans les Balkans, et à s'aligner diplomatiquement sur la politique russe appliquée dans cette zone et ses régions limitrophes.
7- Le présent traité est amendable ou rectifiable à condition que les modifications apportées le soient de la volonté unanime des signataires dudit traité.
8- Le présent traité est valable jusqu'au printemps 1902, délai au bout duquel il pourra être reconduit en cas de respect total de ses clauses par ses signataires, ou amendé et/ou rectifié selon la volonté nécessairement unanime desdits signataires.

----

Après une ultime étude du traité, que nous avons effectué pour le principe, le Kaiser a approuvé cet accord de bon coeur, et a décidé de parapher ledit traité.
Le Kaiser, et toute la nation allemande, s'engage SUR SON HONNEUR à respecter les termes de l'accord et à honorer les engagements qu'il a pris envers la Russie et ses représentants.

Le Kaiser et moi-même vous adressons l'expression de notre respect, et de notre satisfaction.

Son excellence le Chancelier de Prusse et d'Empire, par la volonté du Kaiser Guillaume II d'Allemagne.
---------------------------------------------
Ceci étant scellé, je commence à "agir" contre l'Angleterre. Je profite de sa proposition initiale pour lui faire croire que je suis de son côté, c'est parti pour l'intox :

Russie à Angleterre - 23/03

Citer
A sa majesté d'Angleterre,

Votre proposition concernant l'établissement d'une frontière pacifique entre la Norvège et la Suède nous paraît des plus raisonnables. En effet, nos objectifs actuels nous dirigent plus vers le Sud, et la possibilité de ne pas avoir à gérer un conflit sur deux fronts est très appréciable.
Quant au Danemark que vous mentionnez, je pense que l'Allemagne y sera en position d'occupation quand nos forces atteindront la Suède et la Norvège, et ces chers Teutons ne seront sans doute pas prêts à l'abandonner sans qu'on ne les aide un peu... mais revenons à notre histoire :

En ce printemps de l'année 1900, en tant que représantant du Tsar, j'engage les armées de Russie à ne pas franchir la frontière norvégienne dans leurs déplacements en Scandinavie, et ce de manière permanente; ou tout du moins jusqu'à ce que l'Angleterre et la Russie décident conjointement de faire évoluer ce traité.

Je vous salue, en espérant que cette entente puisse être profitable à nos deux pays.
Grigori Raspoutine, sous les ordres de Nicolas II, Tsar de toutes les Russies
Après ça, la prépa me rappelle de nouveau que le temps libre c'est pour les autres, et je suis inactif quelques jours pendant lesquels l'Italie se manifestera et la Turquie me montrera son impatience :

Italie à Russie - 26/03

Citer
A notre grande Sœur la Russie

Senior Tzar

Je vous envoie cette missive pour vous informer de mon admiration pour votre grande nation.

Nous autres italiens avons toujours apprécié la Russie, ces arts et se valeurs. Même la papoté vous estime et vous bénit. Nous souhaitons que nos relations soient celles de marchands et de camarades tournées vers la fraternité et l’amour pour nos deux peuples.

Nous sommes convaincus que ce siècle sera celui de la Russie, et malgré notre éloignement nous sommes prêts à vous proposer notre aide et notre soutien pour les prochaines années.

L’Allemagne tremblante et hautaine, parle déjà de coalition contre la puissance de la Russie et nous met en garde face à une alliance avec la Turquie. Mais nous ne sommes dupes et nous savons bien que jamais nos frères russes nous attaquerons.

Si vous cherchez un allié qui en Europe de l’ouest, l’Italie sera votre serviteur

Salutations sincères et distinguées

Don GoVaZeN
Roi d’Italie
Au vu du temps passé avec l'Allemagne dans la rédaction du traité de Berlin, je classe l'allusion à un conflit avec l'Allemagne dans le casier intox. Je ferai retour à cette missive plus tard, mais en attendant voilà que le Sultan s'impatiente :

Turquie à Russie - 29/03

Citer
Au Tsar, Nicolas II,

Sans reponse rapide de votre part, notre gouvernement se verra obligé de considérer cet accord comme inexistant et d'entreprendre les mesures nécéssaires, dans un premier temps a la protection de l'Empire Ottoman, puis par la suite a son expension. Ainsi si aucun accord n'est ratifié d'ici le printemps 1900, nous nous verrons obligés de prendre le controle de la mer noire pour protéger nos cotes. Ceci ne serait bénéfique ni pour nous, qui verrions l'une de nos flottes immobilisée, ni pour vous qui pourraient vous sentir menacés par ce mouvement.

Cependant nous restons favorables a ce traité de non-aggression entre nos deux nations, et ne souhaitant pas vous laisser dans l'embarrat ou vous pourriez etre pour rédiger celui ci, nous souhaiterions vous apporter deux propositions : Premierement la démilitarisation maritime de la mer Noire, au plus tard d'ici automne 1900, de la part de nos deux nations.
Deuxiement, dans le but d'éviter un affrontement entre nos deux pays lors de leur expension, nous serions favorables, a ce que vous abandonniez toute pretention sur le territoire des balkans, seule porte entre notre pays et l'Europe de l'Ouest. Ainsi vous ne lanceriez pas d'action vis a vis de la Serbie, Bulgarie, et Roumanie.

Bien sur si vous ne souhaitez pas accepter ces conditions, nous sommes tout diposés a en discuter avec vous, cependant, nous vous exhortons a nous repondre dans les plus brefs délais, pour permettre la réalisation de cet accord.

Abdülhamid II, sultan, et portecteur de l'Empire Ottoman.
Voilà un monsieur qui sait attirer l'attention; je remarque tout particulièrement la prétention de s'approprier la totalité des Balkans, ce que je ne veux pas laisser passer.

Je me trouve un peu de temps libre et j'en profite pour répondre à mon courrier en retard, la Turquie en premier, y a pas de raison.

Russie à Turquie - 30/03

Citer
Salutations,
Mes plus profondes excuses pour le retard dans cette missive, mais j'avais des impératifs auquels je ne pouvait échapper.

Parlons de vos proposition. La démilitarisation maritime de la mer noire me paraît tout à fait possible. Nous nous engageons à ce que la flotte stationnée à Odessa n'entame pas de déplacement hors de ce port, dans l'attente d'un démantelement éventuel. Nous sommes à l'écoute de vos projets concernant votre flotte d'Ankara.

Maintenant, concentrons nous sur les Balkans. Il nous est impossible de ne pas nous y intéresser. La Russie doit entretenir son armée, et ignorer totalement ces centres d'approvisionement mènerait à un retard militaire de notre nation sur les autres, et par suite logique à notre défaite. Vous comprendrez donc que nous ne pouvons accéder à cette requête.
Cependant, l'intérêt que nous portons au Balkans est limité, et le seul pays que nous y convoitons est la Roumanie. Je pense donc que nous pouvons toujours parvenir à un accord concernant cette région. En effet, l'occupation de la Roumanie par nos troupes ne fait pas obstacle direct au déploiement de vos forces en Europe, et si nous parvenons à un traité, nous serions prêts à vous accorder notre soutien militaire dans les combats ayant lieu dans les pays limitrophes de la Roumanie.

J'attends avec impatience votre avis sur ces propositions, et je vous salue encore une fois.
Grigori Raspoutine, sous les ordres de Nicolas II, Tsar de toutes les Russies.
Je suis sincère dans ma volonté de paix avec la Turquie, ma flotte d'Odessa peut donc rester où elle est sans me poser plus de problèmes. J'espère que le Sultan sera raisonnable concernant ma position sur les Balkans...

Russie à France - 30/03

Citer
Chef des buveurs de bon vins bonjour,

Je m'excuse de ne pas avoir fait réponse à votre message plus rapidement, mais je me suis trouvé très occupé ces derniers temps, et j'espère que vous ne m'en voudrez pas d'avoir relégué votre chalereux message dans le tiroir des courriers dont la priorité n'est pas la plus haute.

Vous me voyez déçu de ne pas pouvoir espérer vous voir cet Hiver, mais sachez que vous êtes toujours les bienvenus à l'Ermitage, si vous décidiez d'y passer en coup de vent.
Votre cousin Vladimir semble très motivé par la politique, et passe son temps à parler avec Grigori, mon conseiller et ambassadeur.

J'en profite pour vous saluer à mon tour et vous faire une franche accolade.
Nicolas
Je reste dans le ton "entente cordiale" avec la France, sans envisager quoi que ce soit à son encontre pour le moment.
Quant à l'Italie, je décide de répondre à l'intox par l'intox :

Russie à Italie - 30/03

Citer
Au Don d'Italie,

Nous sommes heureux de constater la confiance que vous nous accordez, et nous vous remercions de nous laisser entendre les bruits qui courent concernant notre nation et ses voisins.

S'il est encore tôt pour parler d'Alliance (j'entends par là que nous ne pouvons pas encore compter sur un soutien militaire réciproque), nous n'oublierons pas ces propositions de collaboration lorsque nos frontières se rapprocheront.

Grigori Raspoutine, sous les ordres de Nicolas II, Tsar de toutes les Russies

Note à titre personnel : Qui sait, peut être aurons nous l'occasion de partager un dîner à Berlin ?
-Nicolas
Je suis en fait à moitié sincère : je n'exclus pas une alliance avec l'Italie, qui pourrait se révéler utile, mais je n'envisage absolument pas de trahir l'Allemagne.

Russie à Autriche - 31/03

Citer
Salutations,

J'amerais attirer votre attention sur la situation des Balkans. Vu l'importance de cette zone, il est clair que chaque nation va vouloir y trouver son compte.

Ainsi, je vais être franc avec vous en annoncant que la Russie s'intéresse de très près à la Roumanie.
A part ça, le reste des Balkans ne nous intéresse pas pour le moment, et nous nous engageons à ne pas intérférer avec vos opérations militaires dans le reste de la région.
Cependant, si vous commencez à créer des problèmes avec la Roumanie... eh bien, disons seulement que Vienne n'est vraiment pas loin.

J'espère que ces ouvertures n'empêcheront pas le dialogue entre nos deux nations. A ce propos, si vous voulez nous faire part de propositions ou d'avis sur certains pays, je serai très heureux de participer.

Sur ce, je vous salue encore une fois,
Grigori Raspoutine, sous les ordres de Nicolas II, Tsar de toutes les Russies.
Spécimen rare : une missive à l'Autriche. La première sur un total de deux (2) pour l'ensemble de la partie. A part l'affirmation de ma position sur les Balkans, je ne crois pas trop à ce que j'écris : mes relations avec la Turquie sont déjà bien établies et il est évident que les alliances avec l'une ou l'autre de ces nations sont mutuellement exclusives.

Turquie à Russie - 31/03

Citer
Nous comprenons parfaitement que des impératifs puissent surgir et perturber nos activités, nous nous inquiétions seulement de ne pouvoir concrétiser cette entente avant que les hostilités et ne débutent, et que la guerre ne nous rattrape.

Pour notre action vis a vis de la mer noire, notre flotte d'Ank quittera bientot ses attaches pour se déplacer en méditerranée, ainsi vous pouvez etre surs que nous respecterons notre part du traité.
Pour ce qui concerne les balkans, nous sommes disposés a accepter votre présence en roumanie. En effet notre intéret principal dans cette action etait de disposer d'un point d'attaque suplémentaire dans les balkans, si vous etes prets a nous apporter votre soutient militaire dans ces régions, alors nous ne voyons aucune raison de maintenir nos vues sur la roumanie, et preferons conclure ce traiter.

En conclusion nous souhaiterions résumer dans cet missive l'ensemble du traité :
- démilitarisation totale de la mer Noire. Mouvement de notre flotte d'ank vers cons, stationnement voir démantellement par la suite de votre flotte d'Odessa dans son port d'attache ou en Roumanie.
- abandons de toute prétention turc vis a vis de rou.
- abandons des prétentions russe a l'encontre de bul, ser, gre.
- soutient militaire russe aux actions turcs dans la région.

Nous vous assurons etre pleinement satisfaits de ce traité, et esperons que celui ci portera ses fruits.
Cordialement, Abdülhamid II, sultan, et protecteur de l'Empire Ottoman.
La Turquie accepte ma contre-proposition sans objection, chacun d'entre nous trouvant son compte dans les différentes clauses. J'entrevois le début d'une longue amitié :).


Autriche à Russie - 01/04

Citer
Cher Tsar,

Nous aurrons sans doute le temps de discuter de nos visé impérialistes communes sur l'europe dans des circonstances moins atténuantes. Toutefois, n'ayez crainte quand a mon expension territoriale vers l'est du vieux continent. A moins que ce ne soit pour vous apporter mon aide contre le sultan...

A bon entendeur,
L'Archiduc
Et voilà donc le deuxième et dernier contact avec l'Autriche. Aucune proposition concrète, juste une allusion à un soutien eventuel contre la Turquie avec laquelle je viens d'établir un accord en bonne et due forme.
Je ne répondrai même pas à la missive, en considérant ma position avec l'Autriche-Hongrie réglée : c'est la guerre.

Et voilà pour les missives échangées avant la résolution des déplacements lors de l'Eté 1900.
Mes objectifs globaux en cette fin de tour : soutenir la France et l'Allemagne dans le pétage de tête sur le mur à l'Angleterre, et m'occuper de l'Autriche-Hongrie.