Le Grand Pardon

Esprits.net aux fraises depuis lundi: Nikau n’a pas payé à temps le renouvellement de Nom de Domaine.

Le jour du Grand Pardon est le seul de l’année où un mastar juif que vous avez offensé ne vous proposera pas de sortir pour vous expliquer, mais plutôt d’entrer dans la synagogue pour débriefer. Notez-le dans votre calendrier, ce serait dommage de louper la deadline pour flanquer une mornifle.
Chez les catholiques, la procédure s’avère plus souple et, moyennant le poinçonnage dominical dans l’isoloir sacré, vous êtes à peu près garanti du pardon qui vous assure la climatisation dans l’Au Delà.
Contrairement au stage de récupération de points, voilà une mesure d’absolution  bien rodée, pour lequel l’Etat n’a pas trouvé de biais pour y prélever sa taxe, sûrement dubitatif sur la capacité d’un « Ave Maria » à redresser les finances publiques, et incertain sur le change avec deux « Pater Noster ».

Bref, « Il faut pardonner »: une expression qu’on ressasse habituellement sans conviction mais dont on se souvient subitement fort à propos  lorsqu’on est surpris dans un lit qui n’est pas le sien, avec un femme qui n’est pas la sienne par une femme qui, elle, est -malheureusement- bien la sienne.

Quatre jours sans Esprits.net par la faute de Nikau. Pensez bien que nous sommes allés chez lui à plusieurs pour le pardonner. Malencontreusement, nous avons du l’abattre alors qu’il tentait de prendre la fuite.
Pas la mer à boire pour la conscience: Yom Kippour est dans moins d’un mois.

L’ « incident » sur les forums — L’image à laquelle vous avez échappé.

Retour aux affaires

Maison Phénix

Pour un clope de confié, deux à la fin du mois

J’ai un secret, et je vais vous le confier. Puisque vous êtes à me lire moins nombreux que ceux qui croient au destin bonapartiste de Jacques Cheminade, nous sommes donc en petit comité et je vous sais discret.
Pour le commun des mortels, il semblerait plus naturel de s’épancher entre gens de la maisonnée, auprès de ceux qui partagent votre intimité et savent museler leur savoir privé, du moins jusqu’à la prochaine scène de ménage publique.
Mais c’est chez moi un peu particulier. A titre d’exemple, la plus infime variation à la baisse du cours où se négocie les couches culottes à Leclerc fait l’objet d’une campagne d’information qui a la célérité d’une traînée de poudre.

Lorsque elle parvient à mes oreilles, il m’est déjà inutile de fébrilement farfouiller en quête de mes clefs de voiture. Cette merveilleuse logistique du renseignement aura bien avant profité à mes belle-soeurs et la majorité des cousins qui auront littéralement mis à sac le rayon promotionnel.
D’ailleurs, mon seul souvenir vivace d’avoir triomphé à cette « épreuve du caddie » est celui où l’information a commencé à être diffusée lorsque je composais déjà les chiffres du code de ma carte bleue.

Vous l’aurez compris, il est impossible chez moi de tenir un secret à l’intérieur d’un cercle plus restreint que 300 personnes.

Enfin Bref, je ne suis pas venu auprès de vous pour vous alerter sur les tourments du consumérisme parental, mais bien pour vous confier un Secret, un gros.

Je suis sur un coup, un très gros coup rédactionnel. Je planche à l’écriture d’une saga dont l’amplitude seule peut ternir le soleil du quartier du Mistral; Une épopée magistrale dont la paternité m’assurera la postérité au delà du prochain cataclysme atomique. Ca va vraiment envoyer du bois.

Bientôt…sur Esprits.net

Vieux pots et liposomes

Peut-on arrêter le progrès ?

Certains d’entre-vous doivent bien se souvenir de cette publicité Herta, où un garnement vagabonde sous son galurin de pécore près d’un ruisseau champêtre. Le petit s’applique avec méthode à tailler une planche de balsa tandis, qu’alternativement, on observe sa mère confectionner de délicieuses mouillettes parées de jambon.

Si Nul ne s’est jamais ému qu’un gamin empoigne une arme de mort à l’insu de ses parents, le slogan a par contre beaucoup marqué les esprits : « Ne passons pas à côté des choses simples ».

Tout dans la composition du spot contribue à former une nouvelle variante d’un lieu commun plutôt coriace : « Les bons produits sont invariablement issus d’une passerelle jetée entre la tradition et la modernité ».

Conformément à cet axiome, rien ne serait donc de qualité s’il ne découle pas des enseignements d’une époque où votre mère fréquentait Toutankhamon aux bals druidiques et n’était pas amélioré de quelques ingrédients qu’on trouverait dans l’armoire à condiments de Buck Rodgers. Tradition et modernité. sacré et progrès. Mythe et science.

Mamie Nova semble bien avoir été lourdée du petit écran, mais pas sa vieille cuillère en bois, qu’agitent les doigts de nacre de La Laitière qu’on devine de plus en plus ferme et sucrée sous ses lourds et grossiers jupons. Jeunesse et expérience mêlées, encore une fois.

Sans concessions pour les arguments faciles, Esprits.net fait le « pari des vieux pots », en eux-mêmes et pour eux-mêmes. Seuls. Ainsi, en manière de prolongement de l’ « Odeur de madeleine » du dernier billet, vous trouverez dès demain une section « Unplugged » consacrée aux jeux non-informatisés.

Jeux de rôle sur table, jeux de plateau, jeux de cartes sans PC ni consoles…mais pas sans convivialité. Si seulement quelques-uns d’entre-vous finissent une seule fois un jour autour d’une simple table pour échanger et jouer; il me semble que ce pari sera gagné.

Comptes de Noël

…Et autres bizarreries existencielles

La Théorie du Chaos prétend- dit-on- qu’un battement d’ailes de papillon en Australie peut déclencher une tornade dans ma cage d’escalier ; ou encore donner du boulot à la voix de Pierre Arditi pour le peu qu’une chaîne télévisée animalière s’en mêle.

Sur le même principe, on peut aussi bien imaginer que, portée par des vents endurants, la poussière sacrée soulevée depuis les fastes d’une incinération sur un tertre ancestral du Rajasthan justifie qu’une soubrette agite son plumeau profane à Neuilly. Le tout pour le même prix si on ne compte qu’en argent.

Nous sommes tous « poussières d’étoiles » dit aussi le physicien rêveur qui, dans l’observation des molécules, retrouve avec audace la poésie des vers de Baudelaire. L’image a au moins le mérite de rendre lyrique la destinée toute proche de nos sinistres sénateurs.

En somme, dans notre existence ici bas, tout est à la fois lié et contrasté, comme dans un conte de Noël d’Andersen. La petite vendeuse d’allumettes grelotte sur un parvis blanc mais ses joues sont roses. Au seuil d’une ruelle lugubre enveloppée d’obscurité, ses rêves sont en couleurs et dans son âme, brûle le feu.

Quelque esprit tortueux dénichera t’il le rapport de tout cela avec La Grande Partie SOTS, Super Meat Boy ou l’annonce d‘Elder Scroll V ?

Boire ou conduire: ne pas choisir

Coup double demain 29 septembre.

Sur le zinc des troquets parisiens bourdonnent en choeur les héraults d’une France bavarde et intemporelle, galvanisés par le baume revigorant de petits blancs honnêtes.
Rythmée par le cliquetis fanfaron des flippers et les râles de ceux qui souffrent de ne pas avoir cru aux chances de « Jolie Miss » dans la quatrième, la sagesse populaire bouillonne avec enthousiasme.
A l’intérieur de cet espace bruyant et exigu, les femmes ne comprendront jamais la règle du hors-jeu; les arabes et les juifs s’entendent bien lorsqu’il s’agit de voler l’homme du commun; les chinois, eux, fourbissent leurs armes contre un occident en déclin; et n’importe qui peut bien foutre une balle au fond d’une cage pour le prix d’un million.

Enfin, Schumacher devrait revendre du shampoing plutôt que de persévérer en Formule 1.

Qu’il s’agisse de course automobile virtuelle ou de refaire le monde autour d’un verre bien réel, le soir du 29 septembre, Esprit vous propose les deux, au Trappiste à Paname ou sur Formule Dé Online: Criminel, Rekka, Crom, ZeN et Butch iront siroter un verre, tandis que 10 autres joueurs se confronteront sur l’asphalte brulante.

Prendre les choses de l’autre côté

Comment ne pas s’asseoir sur la journée de Saint Valentin lorsqu’on est célibataire ?

Sur Esprits.net, nous ne sommes jamais avares de bons conseils, et c’est avec une compassion toute particulière pour le lectorat solitaire, d’habitude si maussade en cette journée traditionnelle d’échanges salivaires et de partage de virus en tous genres, que nous vous proposons de jouir de vos heures de jeu à l’abri des regards concubins.

De nombreux sites proposent en effet en vente et en test une large gamme de Joysticks scientifiquement pensés pour vous. Désigns étudiés, s’adaptant à de nombreuses morphologies parmis les plus improbables, les plus parvenus et soignés s’enrobent de surfaces douces et abritent de petits moteurs à vibrations.

De quoi prendre les choses du bon côté. Merci Esprits.net !

Joysticks chez leguide.com Le Topic hard du mois sur Esprit. 

Chevaliers et vieilles charrettes

King Arthur

Légende arthurienne.

Ne faut-il pas être foutrement dérangé pour préférer les Dames des  lacs aux filles des plages tropéziennes ? Les ponts de l’épée au téléphériques de Courchevel ? Les récipients mystiques et usagés au contact glacé d’un mojito ?
Si par le passé, les vieux matadors des forums se sont faits suffisamment divers et mordants pour ne jamais tenir ensemble un commun langage du bon sens;  il est aujourd’hui suspect, et même inquiétant que ces figures du site, aujourd’hui perclus des affres d’un gâtisme bavard, convergent d’intérêt pour mettre en lumière « King Arthur », un jeu d’ascendance roturière.
Il est encore épineux pour leur cas de trancher entre l’effet d’une sincère « Fata Morgana », ou la perspective perverse et sénile de lacérer les jupons de Guenièvre.
A des fins de diagnostic et nonobstant une possible trépanation collective, le mieux est encore sans doute de vous essayer à la démo de King Arthur, une possible alternative  aux Total War.

King Arthur sur EspritsLa démo sur Steam

Cent billets sans billet !

Le Centième billet du blog !

Gosse de riche…

Dans l’est lointain, on raconte à la Veillée que Shéhérazade entretint la patience du sultan 1001 nuits, bien assez pour récolter seul tout le sémillant blé d’or des rives de  l’Indus au delta du Gange. Ce Sultan, qui méprisait l’adultère plus encore que les Windsors la Fiat 500, réfréna ainsi longtemps ses durs élans…plus, par exemple que la fille de Victor Hugo qui, alors que son fiancé lui proposait de prendre l’air, s’empressa incontinente de prendre l’eau.
Deux mois ici, sans aucun mot, à poireauter ce centième billet, l’occasion d’un point d’étape, d’une « buvette éditoriale »sur le chemin.
En fait de bilan, de savants calculs sur lesquels Michel Chevalet et Bertrand Renard se penchent encore me confirment que pas moins de deux millions de calories ont été brulés par l’ensemble des intervenants du forum, dans l’espace de temps de 99 billets. Deux millions, c’est assez pour permettre à un enfant de Madras de survivre six ans, s’il opte pour le soda light et les huîtres P6 à la Noël. Et six ans est justement son espérance de vie lorsqu’il est employé à la récupération artisanale -avec une allégresse qui laisse interdite une génération de pompiers ukrainiens- des substances rares et prisées issues des entrailles de nos machines.
Ce genre de coïncidence, outre le fait de dérider les passionnés de mathématiques récréatives, affiche de façon assez éloquente à ceux qui en doutaient que notre univers est décidément plutôt pas mal fichu.

Nous sommes au milieu de la nuit et, en attendant demain un plus utile billet de ZeN, je vous souhaite à tous d’être comme le nouveau-né serein qui, au delà de minuit, tète.

Vos remarques sur le Blog et forums Esprits.net

Esprits.net quitte ses Thénardier

…pour faire Causette ailleurs.

Les Fantines du Site n’auront donc finalement pas attendu la déchéance, la misère, la prostitution et de succomber à la maladie pour arracher leur fillote des griffes de ses damnés Thénardier.
Victimes de défaillances récurrentes, le Blog et le Forum Esprits.net se sont décidés à faire causette ailleurs, sous le toit d’un nouvel hébergeur, là où la campagne est tranquille et où les bonbons sont suisses.
S’il n’a pas tout à fait emprunté à Jean Gabin l’élégance fine et le verbe gracieux, c’est pourtant bien Nikau qui se sera fait en ces heures cruciales le Jean Valjean besogneux de ce prompt déménagement.

Nouveaux Horizons, Nouveau forum et nouvelles perspectives à l’intérieur, pour l’heure, d’un écrin de style  « Claude Pompidou » et que même le magazine « Marie-Claire » nous envie.

En attendant un habillage définitif, vous constaterez l’apparition de nouvelles fonctionnalités qui ne mangent pas de pain et, chose moins anecdotique, une nouvelle section destinée à uploader vos replays de jeu.
« Mon petit tu es là, je suis heureux ». Bonne et brave Cosette…

A bientôt sur nos forums.

Nouveau ForumReplays Dawn of War II.