Klingonnerie

Star Trek Online

Lundi était dans mon espace d’existence personnel, délimité d’un côté par le placenta et de l’autre par le terreau, une sorte de foire à la kermesse technologique: 35 années d’égarement -d’aucuns diraient de liberté- avant que d’acquérir ce jour là même un téléphone mobile.

 « Un portable que pourrait faire fonctionner un débile profond, puisqu’en l’occurrence il est pour moi » avais-je commandé au jeune vendeur -qui portait la barbe plus baroudeuse que moi encore. Ce dernier m’a répondu d’une oeillade entendue et d’un mouvement du menton comme pour approuver ma lucidité.

Malgré cet avertissement, j’eus tout de même bien plus de mal à maitriser les quatre boutons principaux qu’à brandir fièrement l’objet, le clapet séchement relevé d’un geste précis du pouce, les jambes arquées dans la posture virile -et teintée d’érotisme- de James T. Kirk dégainant un phaser.

Ne sachant trop imiter une ventouse qu’on ferait jouer sur un juke box braillant du Gloria Gaynor, mon interprétation vocale du phaser devait être par contre plutôt décevante.

Je n’en conserve pas moins du souvenir de cet achat, le premier téléphone mobile de mon existence, une entrée symbolique dans les âges glorieux du futur. Parti sur cette lancée moderniste, je cède à l’envie, afin de transformer l’essai, de m’élancer dans les espaces insondables de Star Trek Online.

Star Trek Online sur Esprit

Battleforge

 La compote Warcraft /Magic par ZeN

On nous prend pour des pommes ?

Battleforge fait partie de ces ovnis vidéo ludiques auxquels on attache peu d’importance au début pour, après y avoir gouté, tomber corps et âme dedans.
Au début j’étais assez dubitatif à la vision de ce jeu de carte à la « Magic » qui se joue comme un STR. Malgré un avis positif de certains joueurs,  je n’ai pas testé la béta et ce n’est qu’après que le jeu soit devenu gratuit que je l’ai testé. Quelle surprise alors !
Pas de base à construire, une seule ressource simple à gérer mais liée à un système complexe de retour sur investissement,  4 races équilibrées (si si…) et différentes, très différentes et qu’on peut mélanger (Si si 2…) 50 unités/sorts et bâtiments par races avec pour chacun d’eux 3 niveaux d’amélioration (si si 3…). Mais seulement le droit d’en utiliser 20 au cours d’une partie. N’oublions bien sûr  les fameux tiers, au nombre de 4 [NdNitouche : SIC] qui permettent la monté en puissance des armées au fur et à mesure du temps, comme dans un  DOW2.
Il faut donc composer son jeu de 20 cartes au début de chaque mission en fonction du rôle que vous souhaitez jouer ou de l’objectif à atteindre.
Les possibilités sont immenses…

Ensuite BF se comporte presque comme un MMO :  il existe des instances, sous forme de « scénarios » ou les joueurs peuvent se réunir à 2, 4 ou 12 pour accomplir une mission et cela dans 3 niveaux de difficulté. Autant vous prévenir de suite, si le niveau 1 ne demande aucune réflexion et se joue à celui qui à la plus grosse, le niveau 3 ne vous octroiera la victoire qu’au pris d’un choix de cartes sans faille et de leur utilisation au meilleur moment.
Il y a aussi 2 autres instances de PVP dans lesquels les joueurs s’affrontent, pour s’entrainer ou pour se classer parmi les meilleurs mondiaux
Et tout ceci est gratuit et accessible en téléchargement le client sur le site officiel du jeu. Malheureusement, les cartes sont payantes et si le jeu vous en donne 32 gratuitement, les 168 restantes risquent de vous coûter la peau des fesses.  www.battleforge.com
Attention car si vous vous lancer dans BF vous dépenserez surement 30 à 60 euros  avec le sourire et sans vous en rendre compte, preuve de la qualité de ce jeu vraiment novateur.

La communauté française est assez active grâce notamment à www.battleforge-france.com

A vos cartes !

                                                                                                                                              ZeN

Battleforge sur Esprit

Les livres des Merveilles

Jeux de rôle en ligne, univers persistants

Prendre le temps de choisir son MoMO

« Venez avec moi, ladies et gentlemen, vous qui êtes plus ou moins fatigués de Londres, venez avec moi; et vous aussi qui êtes las de tout dans ce monde que nous connaissons, car nous avons ici de nouveaux mondes »

Lord Dunsany -Introduction au « Livre des Merveilles »

Univers dévoreurs, parfois cannibales, les mondes imaginaires des MMORPG se révèlent souvent exclusifs pour ceux qui ne peuvent multiplier le nombre de leurs « vies de songes ».
Choisir le lieu et l’objet de ses ébats, c’est aussi renoncer. Aussi facilement qu’on s’amourache au premier regard, on peine dans les premiers instants à reconnaître ce qui ne sera qu’aventure éphémère de l’infinie passion.
Fidèles à votre Univers ou papillons volages entre les sphères, comparez, conseillez vos Mondes, et invitez-y vos semblables.

La Section « Antre Nous » Bien Choisir son MMOEverquest II : le MMO PVE ultime ?

Star Trek Online

Pyjama Party

En toute discrétion, William Shatner commande aussi à « La Redoute ». (Piles non fournies)

Parmi beaucoup d’autres, 1992 fût pour moi l’Annus Horribilis qui allait longtemps me fâcher avec la Légende Star Trek. Cette année là, Jean-Claude Bourret, étoile resplendissante au firmament télévisuel, devenait une Nova qui s’effondrait avec sa chaîne dans une retentissante agonie…et privait la série culte de ses fidèles d’alors.

Ce fût aussi l’année de ma première et dernière tentative de Prise Vulcain sur un rustre irascible. Malgré l’expérience héritée de studieuses séances de visionnage, cet épisode brutal se révéla le prélude peu reluisant d’un retour durable dans ma vie du régime « Blédine » ingérée à la paille.

« Aller là où aucun homme n’est jamais allé… »

L’absence de la Série du petit écran résonna évidemment bien au delà de ma misérable et terrienne existence. En perdant Mc Coy, la vénérable institution  des Alcooliques Anonymes perdait aussi une figure de prou. Les « huissiers associés » perdaient avec Spock un chantre remarquable. William Saurin perdait James T. Kirk.

De Succédanés en resucées, d’ersatz en redites, Star Trek poursuit depuis sans gloire sa terne existence. Star Trek Online sera t’il un retour au Dogme, une réhabilitation convaincante du seul Univers où le le port pyjama est réglementaire ? Réponse en 2010.

Star Trek Online sur Esprits.netSite officielStar Trek sur Jeux OnlineLa Science-Fiction sur EspritLa série originale.

Le Pays des Merveilles…

Kafard Naüm, la Guilde Warhammer Online.

Honni soit qui mal y pense…

L’imprudent qui aurait bravé les vallons enneigés d’Ostland et survécu au blizzard rageur qui depuis trois jours plongeait cette région dans la torpeur, aurait sans doute été stupéfait en trouvant refuge dans une crypte campagnarde, de tomber au milieu de ce qui semblait être au premier abord un tout récent charnier.
Il aurait probablement trop vite fuit d’horreur, mu par un instinct de sauvegarde ancestral, sans avoir le temps de se rendre compte que les corps qui gisaient là étaient bels et biens vivants, et qu’on pouvait les entendre souffler, renifler et grogner dans l’ombre.
La rangée de créatures qui avaient élu son domicile dans cet insolite lieu de mort était pour le moins bigarrée et formait de ces improbables groupes que seules les mauvaises fortunes de guerre peuvent concevoir.
Orcs, Gobelins, humains et elfes des deux sexes dormaient côte à côte, exhalant une puanteur suffocante d’odeurs mêlées de sueur, de sang et d’autres plus abjectes encore…
Pourtant, malgré la masse et la rudesse de certains des occupants, et à l’exception des frottements et cliquetis des métaux dont ils étaient encore couverts dans leur sommeil, le calme régnait dans sous les voutes séculaires.
Jusqu’à ce qu’au milieu de la nuit, comme les deux nuits précédentes, un cri clair et strident déchire l’obscurité.
– »Je vous ordonne d’amener à Moi le Gouverneur ! »
Le cri, poussé par une voix féminine hystérique…[Lire la suite]

La section Warhammer Online: Age Of Reckoning

Des Gobelets aux Gobelins…

 Warhammer Online Par Wiwi.

Artwork préliminaire de gobelin du chaos (projet retenu).

Dimanche soir, quand je me suis couché, je me suis endormi comme un bébé.

Pourtant, la journée avait plutôt mal commencé : on venait de me (pique) niquer mes gobelets en plastique et mes assiettes en carton, alors que la visite dominicale chez mon boucher m’avait une nouvelle fois charcuté le porte-monnaie.

Il est 14h30, je viens de finir la vaisselle. certes, j’ai bien un lave-vaisselle mais bon, des assiettes en carton dans le lave-vaisselle, je n’ose pas essayer, même avec le programme « oxygène option lavage tout doux. Déjà que le bouton marche/arrêt reste maintenant constamment sur « marche » depuis quelques jours. J’espère d’ailleurs que personne ne va penser à instaurer une taxe sur les « équipements électroménagers qui consomment plus parce qu’ils déconnent »…

Et puis vient l’éclaircie, au sens propre comme au sens figuré : Météo France s’est encore plantée mais pour une fois dans le bons sens alors ne faisons pas la fine bouche. Les enfants peuvent aller jouer dehors avec leurs grands-parents, et moi je peux donc m’installer devant mon PC pour attendre l’ouverture des portes des serveurs de Warhammer Online !

Ouverture prévue à 15h30, et ô surprise, loin des errements de l’open beta (48 heures de retard), je crée mon petit Wiwi chamane dès 15h20. Visiblement, je n’étais pas seul à attendre ce moment. Pendant 1/4h, je m’amuse à contempler la prise d’assaut des premières quêtes. Pauvres nains…

Il est 18h. Mon petit wiwi est niveau 4 et je n’ai pas vu le temps passer : entre quêtes publiques et scénarios, lecture du livre de la connaissance, etc…

Puis la nuit venue, je me suis endormi comme un bébé en me disant : « putain, vivement demain soir ! ». Alors bon, les histoires de gobelets pour l’instant…                                                                                                     

Warhammer Online : Age of Reckoning sur le forum Esprit — Site officiel.

                                                                                                                          Wiwi

Ainsi font, font, font…

…les petites marionnettes.

« Esprits d’Ailleurs », la Guilde Age Of Conan.

« On m’a toujours prêté une imagination des plus fertile et j’étais même dans mon ancienne existence, dans les milieux que je fréquentais, fort réputé pour cette qualité. Mais avant mon initiation, aucun de ses recoins ne m’avait pourtant soufflé la nature du Grand Secret.

Tout cela s’est passé il y a des mois de cela maintenant et je ne puis encore dire aujourd’hui, si je regrette ou si je suis heureux du « passage rituel » qui débuta ma nouvelle vie.
Je vis depuis néanmoins dans Sa Connaissance et œuvre, comme les autres, à l’accomplissement du Plan de notre Guilde et à la préservation du mystère qui l’entoure.

Je me rappelle aussi fort bien de mon intégration, de mon Noviciat, qui devait m’amener de l’ignorance à la connaissance, d’une vie inutile et sans relief aux joies d’éprouver du sens à ses actes.
Ce Grand Soir là, ce Premier Soir,  j’étais comme beaucoup d’autres des « miens d’alors » au port de Tarentia où je tentais sans grand succès de faire fortune des bras que la Nature avait bien voulu me fournir. Tout à débuté lorsque je fus bientôt témoin d’une rumeur qui courrait depuis des heures  de bouche en bouche sur la jetée populeuse. Certains en riaient d’un air feint, d’autres manifestaient leur inquiétudes, les derniers et les plus nombreux, enfin, ne cachaient pas leur curiosité.

Le « Grand Esprit », disait-on, était peut-être en ville et il était pour le moins une certitude que l’un de ses serviteurs logeait à l’Antre du Marin depuis hier.

Malgré ma persévérance, aucune de mes questions ne me permit de savoir davantage sur ce que tous désignaient sous le terme de « Grand Esprit » ni encore moins sur l’objectif de la présence d’un de ses envoyé dans une taverne réputée pour sa faune bigarrée et malfaisante. Aujourd’hui je sais que personne n’en savait plus que moi mais je pensais alors que des choses m’étaient dissimulées pour des raisons que j’ignorai et que chacun, sans mot dire, m’envoyait vérifier l’origine de la rumeur. Lire la suite… »

Jeu dit noir !

Il y a ceux de la bourse. Et puis il y a ceux des MMO.

Aujourd’hui Age Of Conan a connu son premier jour catastrophique, celui ou le patch salvateur créé de nouveaux bugs, qui eux-même sengendrent de nouvelles erreurs, puis c’est le crash. Et c’est là que se révèlent les joueurs.

C’est bien connu, c’est dans les moments difficiles que l’on compte ses amis, et Funcom compte les siens sur les doigts d’une seule main. Les forums sont devenus le lieu de la « contestation argumentée ». Chacun y allant de sa remarque acerbe, trouvant incroyable de payer pour un service de si mauvaise qualité.

Les vieux de la vieille, eux, rappellent que c’est le lot des MMO, que c’est inhérent à leur propre constitution, celle qui permet aussi au jeu d’évoluer constamment et d’offrir régulièrement de nouveaux défis. Les mêmes discussions, les mêmes réactions outrancières et puériles pour un MMO qui connait un moment difficile, sont plutôt la preuve de sa bonne santé.

Ce jeudi, Age Of Conan est entré dans la cours des moyens, ceux qui savent déclencher des posts passionnés de hordes de joueurs qui martyrisent la touche F5 de leur clavier. Si Funcom gère la crise et qu’il continue sur sa lancée, nul doute que la cours des grands n’est plus très loin.

Enfants de Conan

Par C@scou

Un barbare à la maternelle.

Age of Conan fût probablement le MMO le plus attendu de tous les temps.

Après cent mille précommandes, un million de jeux distribués en à peine quelques semaines, il se place devant tous les autres en termes de succès à son lancement.
Prenant place dans un univers violent et sombre, fait de magie obscure et de peuplades barbares, Age of Conan est décidément un MMO bien atypique. Sachant cependant rester accessible, il change ce qu’il faut et garde le reste.

Innovation intelligente de ses développeurs, FunCom, déjà réputés pour leur Anarchy Online, il est définitivement le MMO « bol d’air frais » du moment.
Exit les MMO classiques à l’ambiance terne, classique, enfantine. Nous avons ici affaire à un jeu mature, adulte, où la violence est omniprésente, la mort douloureuse, où une seconde d’inattention suffit pour expirer dans de tragiques circonstances.
Mélange entre tout ce qui se fait de meilleur dans le genre: Guild Wars pour son système d’instances très bien pensé; Lineage 2 pour son PvP sauvage et ouvert, World of Warcraft pour la prise en main, Age of Conan sait puiser l’inspiration chez ses prédécesseurs !

Quand un World of Warcraft lasse, un Warhammer Online déçoit, un Tabula Rasa tranche trop du genre, un Aion tarde à se faire connaître, sans rien apporter de notable au genre, quand il ne semble y avoir aucun espoir au genre, Age of Conan arrive et fait mal, très mal !
Que ce soit du simple combat d’un niveau ridicule aux batailles épiques de haut vol engageant des centaines de protagonistes, le jeu surprend en permanence, sans jamais faire perdre pied.
Parfois les nouveautés sont subtiles, leurs impacts semblant mineurs, mais cela suffit à faire un monde, cela suffit à faire un jeu.
Age of Conan relègue tous les autres MMO actuels ou à venir au rang d’obsolètes, de dépassés, que ce soit vis-à-vis du gameplay, graphiquement, ou encore par l’ambiance.
Un jeu d’homme (déconseillé -18) pour tous, que vous soyez casualgamer ou véritable nolife, certifié pur geek, 100% nerd.

Fan siteAge of Conan sur Jeux onlineMondes PersistantsSite officiel

Age of Conan sur Esprit

                                                                                                                        C@scou

Eve, lève toi !*

Dans l’univers impitoyable des MMO il existe un petit village qui résiste à l’envahisseur.

Comme un petit caillou dans la sandale du géant qui vient du froid, Eve Online propose une alternative au MMO classique tendance Hack & Slash de Blizzard.
D’ailleurs, si on considère ce genre comme la mise à disposition d’un univers ouvert dans lequel les joueurs évoluent librement, alors Eve Online est le seul véritable MMO.

Mais commençons par le commencement.

Eve online est le MMO des hommes qui aiment les hommes, qui aiment les vaisseaux. Point d’orc, pas d’elfe, très peu de nains, juste des vaisseaux et des stations spatiales. Pas de grinding ou de leveling non plus puisque vos compétences augmentent toutes seules, une véritable économie contrôlée par les joueurs, des dizaines de possibilités d’évolution mais pas de contrainte de classe, Eve Online est un ovni dans ce monde très formaté.

Depuis 2003, année de sortie du jeu, le nombre de comptes actifs augmente sereinement, le tout sur un seul serveur hébergeant parfois plus de 30 000 joueurs conjointement. Imaginez des batailles titanesques mettant en jeu des dizaines de vaisseaux allant de la simple navette au battleship le plus puissant, batailles qui ont pour enjeu le contrôle de systèmes solaires, ou la main mise sur le marché d’un minerai.

Eve Online a connu de nombreuses mises jour, toutes gratuites, toutes visant à développer l’univers et offrir de nouveaux gameplay, et si je vous parle de ce magnifique MMO aujourd’hui c’est qu’il va connaître dans les prochaines semaines un changement radical.

En 2003 le jeu offrait des graphismes époustouflants servis par un game design et une direction artistique de très hautes tenues. Ce sont ces derniers points qui ont permis au jeu de ne pas sombrer graphiquement depuis plus de 4 ans. Eve Online tient encore la route, mais il souffre.

Plus pour longtemps.

La nouvelle mise à jour nommée Trinity remettra les compteurs à zéro et fera à nouveau d’Eve Online le plus beau MMO de la galaxie.

Les images parlent d’elles mêmes.

Les développeurs ont mit leur moteur 3D au goût du jour, lui ajoutant tout un tas de fonctions modernes, de celles qui font la fierté des vendeurs de cartes graphiques.

Cette mise à jour est aujourd’hui en ligne sur le serveur de test et très probablement en ligne sur le serveur du jeu d’ici une à deux semaines. Mettez vos agendas à jour et venez tester la bête.

EDIT : cela vient tout juste d’être confirmé, la date de mise à disposition de cette mise à jour est le 5 décembre.

*Et danse avec la vie.