Blood Bowl Bis : Triple POW!

« Damned! 2+ le Go For It et je fais 1…! »

Dans la vie, il y a deux catégories de jeux Games Workshop : les jeux où il faut vendre un rein pour s’acheter une armée décente et les jeux de « spécialistes ». Aussi loin que remonte ma mémoire j’ai toujours préféré la seconde catégorie avec des jeux emblématiques comme Space Hulk, Necromunda ou encore Blood Bowl. Plus fun, avec des livres de règles ne concurrencant pas l’Encyclopédie Universalis en 12 volumes et des tours plus rapidement joués je me suis toujours bien plus amusés sur ceux-ci. Blood Bowl, comme vous devez sans doute le savoir, va être adapté sur nos machines bien aimées par les français de Cyanide qui nous avaient déjà fourni notre dose de sport violent avec Chaos League et son stand alone Mort Subite.

Un an après mon premier contact avec la bête lors du Games Day 2008, j’ai pu remettre ça lors du Games Day 2009. Blood Bowl : The Video Game était là dans une version bien plus aboutie que l’an dernier. Je n’ai fait qu’un seul match (mais quel match!) à la tête des nains contre les humains mais tout porte à croire que Cyanide ait réussi son coup… Lacez vos chaussures, affutez vos crampons car fin Juin, l’herbe va virer au rouge.

On en parle sur le forum.

Par : Rekka

Jeu dit noir !

Il y a ceux de la bourse. Et puis il y a ceux des MMO.

Aujourd’hui Age Of Conan a connu son premier jour catastrophique, celui ou le patch salvateur créé de nouveaux bugs, qui eux-même sengendrent de nouvelles erreurs, puis c’est le crash. Et c’est là que se révèlent les joueurs.

C’est bien connu, c’est dans les moments difficiles que l’on compte ses amis, et Funcom compte les siens sur les doigts d’une seule main. Les forums sont devenus le lieu de la « contestation argumentée ». Chacun y allant de sa remarque acerbe, trouvant incroyable de payer pour un service de si mauvaise qualité.

Les vieux de la vieille, eux, rappellent que c’est le lot des MMO, que c’est inhérent à leur propre constitution, celle qui permet aussi au jeu d’évoluer constamment et d’offrir régulièrement de nouveaux défis. Les mêmes discussions, les mêmes réactions outrancières et puériles pour un MMO qui connait un moment difficile, sont plutôt la preuve de sa bonne santé.

Ce jeudi, Age Of Conan est entré dans la cours des moyens, ceux qui savent déclencher des posts passionnés de hordes de joueurs qui martyrisent la touche F5 de leur clavier. Si Funcom gère la crise et qu’il continue sur sa lancée, nul doute que la cours des grands n’est plus très loin.

Société en tube.

Dans les années quatre-vingt mon père prédisait l’échec de la Peugeot 205.

Il n’en était pas à pas son premier coup d’essai de « visionnaire ». Dans les années soixante il avait annoncé le retentissant échec de la frite surgelée.

Malheureusement, je crains que cela soit un atavisme.

Je n’aurais pas parié un kopeck sur un site proposant aux gens de mettre en ligne leur vidéos faites à la maison, et j’aurais surtout annoncé haut et fort que je ne voyais surtout pas qui viendrait les regarder.

La bonne nouvelle c’est que je n’ai pas embrassé la carrière de voyante.

Comme probablement une majorité de gens, j’utilise YouTube essentiellement pour trouver des extraits de films, des clip vidéos, bref une sorte de mémoire collective, d’INA du Net . Quasiment jamais je ne m’attarde sur un commentaire vidéo (affligeant) une production personnelle (désastreux) ou un film de vacances (catastrophique). Les YouTube awards semblent apporter de l’eau à mon moulin. Je vous laisse juge de la qualité des…..winners.

A deux exceptions près.

Le Tetris humain et surtout le poétique et subtil My name is Lisa. Je prédis que l’auteur de ce court métrage……hein ?…….Non, rien.

Eve, lève toi !*

Dans l’univers impitoyable des MMO il existe un petit village qui résiste à l’envahisseur.

Comme un petit caillou dans la sandale du géant qui vient du froid, Eve Online propose une alternative au MMO classique tendance Hack & Slash de Blizzard.
D’ailleurs, si on considère ce genre comme la mise à disposition d’un univers ouvert dans lequel les joueurs évoluent librement, alors Eve Online est le seul véritable MMO.

Mais commençons par le commencement.

Eve online est le MMO des hommes qui aiment les hommes, qui aiment les vaisseaux. Point d’orc, pas d’elfe, très peu de nains, juste des vaisseaux et des stations spatiales. Pas de grinding ou de leveling non plus puisque vos compétences augmentent toutes seules, une véritable économie contrôlée par les joueurs, des dizaines de possibilités d’évolution mais pas de contrainte de classe, Eve Online est un ovni dans ce monde très formaté.

Depuis 2003, année de sortie du jeu, le nombre de comptes actifs augmente sereinement, le tout sur un seul serveur hébergeant parfois plus de 30 000 joueurs conjointement. Imaginez des batailles titanesques mettant en jeu des dizaines de vaisseaux allant de la simple navette au battleship le plus puissant, batailles qui ont pour enjeu le contrôle de systèmes solaires, ou la main mise sur le marché d’un minerai.

Eve Online a connu de nombreuses mises jour, toutes gratuites, toutes visant à développer l’univers et offrir de nouveaux gameplay, et si je vous parle de ce magnifique MMO aujourd’hui c’est qu’il va connaître dans les prochaines semaines un changement radical.

En 2003 le jeu offrait des graphismes époustouflants servis par un game design et une direction artistique de très hautes tenues. Ce sont ces derniers points qui ont permis au jeu de ne pas sombrer graphiquement depuis plus de 4 ans. Eve Online tient encore la route, mais il souffre.

Plus pour longtemps.

La nouvelle mise à jour nommée Trinity remettra les compteurs à zéro et fera à nouveau d’Eve Online le plus beau MMO de la galaxie.

Les images parlent d’elles mêmes.

Les développeurs ont mit leur moteur 3D au goût du jour, lui ajoutant tout un tas de fonctions modernes, de celles qui font la fierté des vendeurs de cartes graphiques.

Cette mise à jour est aujourd’hui en ligne sur le serveur de test et très probablement en ligne sur le serveur du jeu d’ici une à deux semaines. Mettez vos agendas à jour et venez tester la bête.

EDIT : cela vient tout juste d’être confirmé, la date de mise à disposition de cette mise à jour est le 5 décembre.

*Et danse avec la vie.

R.I.P.

« Le jeu PC est mort »

Encore.

Cette fois c’est Eric Viennot, président de la société Lexis Numérique qui l’annonce dans son blog.

Vous voulez des preuves pour étayer cette information ? Le jeu Bioshock s’est vendu deux fois plus sur XBOX 360 que sur PC.

Heureusement le bougre ne se suffit pas de ce genre d’argument. Extraits :

« Comme je l’évoquais dans un billet précédent, beaucoup de gens en ont marre de vérifier la config avant d’acheter, marre d’investir sans cesse dans de nouvelles cartes graphiques, marre de perdre une demi-heure à installer le moindre jeu, marre de jouer devant leur ordi quand ils peuvent jouer devant leur télé confortablement assis dans leur canapé. »

Que reste t-il au PC ?

 » Sa puissance ? C’est vrai, il a toujours une longueur d’avance technique sur les consoles parce que son aspect modulaire lui permet de progresser de manière constante quand les consoles avancent par saut d’une génération à une autre. Mais le niveau de réalisme progresse désormais de manière asymptotique. Bien-sûr, le PC reste la machine du hardcore gamer type. Celui qui sera capable de bouffer des pâtes pendant 6 mois pour se payer la config de la mort qui tue afin de jouer à Crysis en exclu sur PC. Mais les hardcore gamers deviennent minoritaires. La population des gamers vieillissant, la part des hardcores diminue. C’est mathématique. »

Et figurez vous que ces paroles trouvent un écho favorable chez un viel hardcoregamer comme moi qui vient de s’offrir une XBOX 360 !

Et vous, qu’en pensez-vous ?

La croix gommée

« Grâce à Google Earth » LA Times découvrait qu’un bâtiment de l’armée américaine avait une forme de croix gammée.

BienBienBien n’oubli pas de préciser à quel point les architectes sont des comiques. Sauf lorsque comme dans le cas présent, ils dépassent les limites de la bienséance.

Cette vue c’est ce que nous appellons dans notre jargon technique un plan de masse. Une vue du dessus.
En tout état de cause, et sauf atteint d’une cécité totale, l’architecte savait donc parfaitement que son bâtiment avait cette forme. Son client aussi. Les services techniques de la ville aussi, comme ceux de l’armée.

Cette vue a comme objectif de visualiser les volumes bâtis grâce aux ombres portées, et de comprendre l’organsiation générale des bâtiments. La forme en elle-même n’a que peu d’importance.
C’est d’autant plus vrai que c’est une vue que finalement trés peu de futurs utilisateurs auront.

De plus, cette forme concentrique est trés souvent utilisée dans les programmes carcéraux comme dans les programmes de bureaux, les hopitaux, bref, tous les lieux qui nécessite une gestion centralisée de l’espace. Le point central servant de centre nevralgique, lieu de passage incontournable et obligé.

Que faut-il conclure de cette info ?
D’abord que le vieux débat entre la forme et l’utilisation d’un espace n’est toujours pas mort, et que le symbolisme à encore de beaux jours devant lui. Et puis, à n’en pas douter, qu’Internet et Google Earth nous prépare un avenir radieu.

Au fond du couloir, à droite, en bas de l’escalier….

Le level designer est un con
Si le réalisme des jeux est à chaque nouvelle génération de plus en plus important, il est une donnée qui elle, ne change pas, c’est le manque cruel de culture architecturale des level designer.
Messieurs, levez le derrière de votre fauteuil et allez jeter un œil dehors !
Le dimensionnement des éléments architecturaux, leur position les uns par rapports aux autres, leur organisation globale, ne relève pas du décor, mais d’abord et avant tout de leur fonctionnement. C’est cette logique fonctionnelle qui engendre le réalisme, et non l’inverse.
Et pas un seul FPS n’échappe à cette règle qui veux que, malgré tout ce que l’on peut lire, l’environnement architecturale, et à fortiori urbain, n’est traité que comme un décor et non comme un acteur de l’histoire. Des preuves ?
Le décalage flagrant entre le traitement de certaines parties du décor, fourmillant de détails, côtoyant les absurdités les plus cocasses. Dernier en date, Oblivion qui traite certaines corniches de bâtiment mieux qu’un dessin technique ne le ferait, et parallèlement, dessine des routes au bout desquelles se trouve des escaliers !
Et là je vous entends rétorqué que tout ça c’est bien beau, mais cela n’a aucune influence sur le gameplay, alors on s’en cogne pas mal. Et vous avez raison.
Sauf que cette attitude vis-à-vis de la représentation architecturale dans les jeux vidéo est révélatrice d’une approche qui n’inclue pas la construction architecturale comme un acteur de l’histoire, mais uniquement comme un décor en carton pâte. Parfois réussie, parfois totalement ratée, cette représentation ne sert que de prétexte justifiant la plupart du temps le contexte historique du jeu. Arches en pierres de taille, immeuble de bureaux en mur rideau, ne sont que des expressions plastiques censées plonger le joueur dans l’univers du jeu. Cette façon de penser, explique et excuse les énormités commises. Et puisque cela n’a que peu d’influence, sur le gameplay, pourquoi « se prendre la tête » avec ça.

Laissons de côté les erreurs de construction puisqu’elles ne sont que l’expression d’une manière de faire, et penchons nous un instant sur ce qu’une nouvelle approche apporterait. Ou pour faire plus simple : comment la modélisation 3D d’espaces bâtis peut devenir réellement un élément de gameplay ?

(La suite…)

Des zombis noirs

Comme à son habitude, l’excellent site Overgame a rédigé hier un article qui propose un état des lieux de la polémique Resident evil 5. Si vous n’êtes pas au courant de cette polémique, c’est que vous avez une vie sociale, soyez donc rassuré.

Il y a quelques jours, CAPCOM a mis sur le Net le trailer de son prochain jeu, Resident Evil 5. Ce cinquième opus de la série vous met à nouveaux en présence de zombis qu’il va falloir dégommer à tours de bras. La nouveauté ? Cette fois le jeu se déroule en Afrique et les zombies sont….noirs.

Dés la sortie du trailer de nombreux commentaires annonçaient déjà la probable polémique sur la vision quelque peu orientée que donnait le film des africains. Il faut bien reconnaître, et c’est ce que fait trés bien Overgame, que certaines images mettent mal à l’aise si on les met en résonnance avec des sujets tels que le SIDA en Afrique ou le Darfour.

Marketing bien orchestré ? Polémique inutile ? Véritable raison de s’inquièter de la banalisation des images violentes ? Chacun se fera sa propre opinion sur la question, et c’est bien ce qui, pour ma part, me glace le sang à chaque fois.

C’est une des constantes du Net : dés qu’un article apparaît pour annoncer un jeu, présenter une image ou une vidéo, dans la seconde qui suit, un nombre toujours plus grands de visiteurs donne son avis. Avis qui la plupart du temps n’a aucun intérêt, mais qui se veut très tranché, très sentencieux voire, condescendant.

Lorsque c’est pour « dénoncer » un jeu dont le commentateur sait déjà qu’il sera mauvais et fait tomber sa sentence de consommateurs avertis, c’est plutôt drôle.

Mais lorsque c’est pour réagir à des articles comme celui d’Overgame sur Resident Evil 5 c’est pathétique, affligeant et inquiétant.

Morceaux choisis :

« Si le monde serait vraiment dans une parfaite harmonie, on ne chercherait plus dans chaque jeu ou chaque film s’il y a une once de racisme. Pourquoi pouvoir mettre des blancs et non des noirs? Parce que c’est notre vision des images? Absurde, chacun a sa propre vision. »

« Jusqu’à quand sera-t-on coupables d’être blancs ???
Il y en a marre de la surprotection des noirs! Il n’y a qu’à se balader une journée à Paris pour se rendre compte que le racisme marche surtout dans le sens noir —> blanc. »

« de toute façons… y’en a qui se sente toujours « persecuté »….
les gaulois se sont fait « persecuté » par les romains…
et j’en fait pas tout un plat… jvais pas en vouloir a chaque italiens qui passe dans ma rue en lui rapelant les faits…. »

« Je préfère attendre de voir le scénario du jeu avant de me prononcer car a coup sur il y aura des prisonniers noirs a sauver, donc faut relativiser… »

« C’est vrai que c’est pas extra de tuer des Africains mais dans Resident Evil 4 on tuait bien des Espagnols et personne n’a écrit un article pour crier au racisme. »

« Personnellement je ne dis pas que les Noirs ont un traitement de faveur… Mais on les voit s’offusquer pour un rien et juridiquement parlant ils sont privilégiés »

Fable 2

Les petits gars du site Gamersyde ont interviewé Peter Molyneux lors du dernier E3 à propos de son prochain jeu Fable 2.

Comme à son habitude, Sir Molyneux est trés à l’aise pour nous expliquer à quel point Fable 2 sera un jeu hors du commun nous proposant une aventure formidable et un gameplay original et novateur.

Je sais qu’il est de bon ton sur le Net de gentiment se moquer des frasques du Londonien, mais ma naïveté légendaire ne fait pas d’exception et j’écoute toujours le bonhomme avec un certain bonheur.

Voilà de quoi faire passer le plus PCiste d’entre nous vers le monde obscur des consoles.

Esprits.net

Six. Peut être sept. Ou huit….

Je ne sais plus combien exactement de versions j’ai officiellement ouvert, mais voilà une nouvelle version d’Esprits.net.

Cette page index au format blog, histoire de se mettre au Web 2.0, a pour vocation de centraliser les infos données sur les forums, et de permettre de réagir à l’actualité quotidienne.

Et puis c’est le meilleur moyen pour que le fan de Total War puisse croiser de temps à autre le fan de Silent Hunter, qui lui-même voudrait vous faire découvrir le dernier album de son groupe favori.

Nous n’avons absolument pas vocation à devenir un site d’actualités. Quel intérêt y a-t-il à vous donner ce que vous pouvez lire un peu partout ? Notre objectif, c’est plutôt de donner au site Esprits.net et à ses forums une porte d’entrée digne de ce nom.

Les forums restent le cœur du projet, mais leur nombre augmente et cela à tendance à disséminer la communauté ce qui est à l’opposé de ce que nous tentons régulièrement de promouvoir. A une époque ou le communautarisme prend le pas sur l’intelligence chaque jour un peu plus, je pense qu’il est nécessaire de montrer que la richesse vient du partage.

Aujourd’hui, Carlos* me demandait ce qu’était l’esprit d’Esprit. Peut être une façon de voir les choses que beaucoup d’utilisateur des forums ressentent plus qu’ils ne pourraient l’exprimer. Un mélange entre une attitude de fanboy assumée et une désinvolture propre à ceux qui revendiquent une longue expérience.

Toujours est-il que dans les jours qui viennent cet espace va s’enrichir pour devenir, je l’espère, un incontournable de vos bookmarks journaliers.

*Le trolleur bien connu de nos forums et non le fils de la psychologue pour enfant. Bien qu’à la réflexion je me demande si…..