Retour aux affaires

Maison Phénix

Pour un clope de confié, deux à la fin du mois

J’ai un secret, et je vais vous le confier. Puisque vous êtes à me lire moins nombreux que ceux qui croient au destin bonapartiste de Jacques Cheminade, nous sommes donc en petit comité et je vous sais discret.
Pour le commun des mortels, il semblerait plus naturel de s’épancher entre gens de la maisonnée, auprès de ceux qui partagent votre intimité et savent museler leur savoir privé, du moins jusqu’à la prochaine scène de ménage publique.
Mais c’est chez moi un peu particulier. A titre d’exemple, la plus infime variation à la baisse du cours où se négocie les couches culottes à Leclerc fait l’objet d’une campagne d’information qui a la célérité d’une traînée de poudre.

Lorsque elle parvient à mes oreilles, il m’est déjà inutile de fébrilement farfouiller en quête de mes clefs de voiture. Cette merveilleuse logistique du renseignement aura bien avant profité à mes belle-soeurs et la majorité des cousins qui auront littéralement mis à sac le rayon promotionnel.
D’ailleurs, mon seul souvenir vivace d’avoir triomphé à cette « épreuve du caddie » est celui où l’information a commencé à être diffusée lorsque je composais déjà les chiffres du code de ma carte bleue.

Vous l’aurez compris, il est impossible chez moi de tenir un secret à l’intérieur d’un cercle plus restreint que 300 personnes.

Enfin Bref, je ne suis pas venu auprès de vous pour vous alerter sur les tourments du consumérisme parental, mais bien pour vous confier un Secret, un gros.

Je suis sur un coup, un très gros coup rédactionnel. Je planche à l’écriture d’une saga dont l’amplitude seule peut ternir le soleil du quartier du Mistral; Une épopée magistrale dont la paternité m’assurera la postérité au delà du prochain cataclysme atomique. Ca va vraiment envoyer du bois.

Bientôt…sur Esprits.net

Laisser un commentaire