Limbo

Du noir et du blanc, un croquis minimaliste : tels sont les ingrédients d’un aller-simple pour les limbes.

Les limbes dans la religion catholique étaient une zone floue, marginale, réputée intermédiaire entre Enfer et Paradis. Ce lieu, qualitativement proche du terrain vague, recueillait les âmes des enfants morts avant le baptême. Une région tempérée en somme, qu’on devait probablement pouvoir parcourir en sandalettes de plage.

Si on tenait pour vrai que tous les enfants précocement décédés pouvaient voir s’ouvrir les portes de cette zone , çà prouverait qu’en plus de distribuer des passeports pour l’éternité, la religion se montrerait également capable d’ouvrir une porte de congélateur.

Au sujet des Limbes, il convient toutefois d’user de l’imparfait puisqu’en 2007, l’Église catholique romaine s’est  repenchée sur le sort de cette jeunesse infortunée, quoique d’une façon moins récréative que la pratique du traditionnel touche-pipi dans les sacristies.

L’Église conclut cette année là qu’il existe des « raisons théologiques et liturgiques d’espérer que les enfants qui meurent sans baptême puissent être sauvés et conduits à la béatitude éternelle ». En Français non-Nazaréeniste, cela signifie qu’apu les Limbes, basta, exit, en fait ça n’existe pas, circulez.
Une volte-face qui vient -comme s’il en manquait- apporter de l’eau au moulin de la mode exécrable de l’enfant-Roi, désormais gratifié d’un ticket classe affaire pour le Salut qui leur est cédé sans une seule fois cotiser à l’Unédic. Il y a franchement des coups de martinet qui se perdent.

Mais alors, si les limbes n’assurent plus le service d’équarrissage des jeunes dépouilles sous le bon prétexte qu’elles n’existent probablement pas et si leur accès au Paradis ne relève que de l’espérance…Nous ne sommes finalement plus très sûr de la destination de ces chères têtes blondes et refroidies. Alors. Où sont ces enfants morts ? Où Diable les entrepose t’on ?

La réponse à cette question vous est peut-être de peu d’importance mais à titre personnel, cela m’angoisse fort. voilà en effet maintenant quatre ans que je peine à me débarrasser d’une sombre appréhension à chaque fois que je fiche un coup de bêche au fond de mon jardin.

Limbo sur les forums d’Esprits.net

Une réflexion au sujet de « Limbo »

  1. Quel texte !

    Bravo !

    Un petit défaut peut-être : du coup, ça parle de quoi Limbo ?

    Pis bon, l’Eglise dit que les enfants non-baptisés peuvent être conduits à la béatitude éternelle. Quid dans ce cas des petites terreurs (très jeune, un enfant peut avoir du caractère) ne méritant certainement pas le paradis ? Faut bien qu’ils aillent quelque part. « Qu’ils aillent au Diable » diront certains, c’est pas faux. Mais sans leur souhaiter autant de malheur, les limbes ne seraient pas si mal pour eux, non ? Je pense donc que l’Eglise réserve le paradis aux petits anges et que les limbes restent pour les non-croyants et les terreurs.

    Pour parler du jeu, rendez-vous sur le topic 🙂

    PS : je ne sais d’où vient ce « çà », si ce n’est de la proximité des touches du clavier 😛 (2è paragraphe)
    « ça » remplace « cela » (pronoms)
    « çà » est peu usité et se rencontre surtout dans l’expression « çà et là » (adverbe)
    Tu n’es pas le premier à l’écrire ainsi (zecid en est coutumier)
    Source : http://grammaire.reverso.net/2_1_11_ca_ca_sa.shtml

Laisser un commentaire