Une odeur de madeleine

Un effluve de Proust.

Extrait du « Meneur des Anneaux« 

« Une Odeur de Madeleine…». Le mot n’est pas de moi, mais de Jihcé qui flâne parfois en librairie, un regard inspiré sur les rayonnages érudits et vaniteux situés aux antipodes des vitrines qui abritent le dernier San-Antonio.

En l’espèce, c’est l’odeur subtile et sucrée des regrets d’un âge tendre, où les excès de Sébum concourent contre ceux des fantasmes inassouvis des jeunes hommes. Ô que ces dryades lycéennes étaient belles, fuselées et galopantes en mini-jupes, étoffes-étendards d’une jeunesse qui découvre la puissance dévastatrice de sa récente féminité !

C’est aussi, pour beaucoup de ceux qui sont aujourd’hui des trentenaires placides, l’ésotérisme enthousiaste des parties de Jeu de Rôles sur table de cette époque.

Modalité d’expression, creuset identitaire, refuge domestique ou véhicule de l’imagination…peu échappent parfois dix ou quinze années après leur dernière séance à la nostalgie diffuse, périodique, récurrente, de cette « Madeleine sociale » qui forme aujourd’hui le terreau culturel de nombre de pratiquants adultes de jeux vidéos.

Quelques liens de nos meilleurs radotages imbéciles de rôlistes sur Esprits.net :

Le Jeu de rôles ? Cékoissa ?Du Jeu de rôle « Recette Traditionnelle » sur Esprit ?Le Meneur des AnneauxWarsaW, le JDR papierRêve de Dragon : une invitation au voyageKiller : Le jeu de l’assassinLa Murder Party

2 réflexions au sujet de « Une odeur de madeleine »

  1. « Une odeur de madeleine »
    « Un effluve de Proust »
    Ca m’aura, en plus de m’avoir fait marrer, fait découvrir qu’effluve est masculin 😛

  2. Je me suis bien marré aussi tout seul comme un imbécile en la trouvant celle là. 😀

Laisser un commentaire