Comptes de Noël

…Et autres bizarreries existencielles

La Théorie du Chaos prétend- dit-on- qu’un battement d’ailes de papillon en Australie peut déclencher une tornade dans ma cage d’escalier ; ou encore donner du boulot à la voix de Pierre Arditi pour le peu qu’une chaîne télévisée animalière s’en mêle.

Sur le même principe, on peut aussi bien imaginer que, portée par des vents endurants, la poussière sacrée soulevée depuis les fastes d’une incinération sur un tertre ancestral du Rajasthan justifie qu’une soubrette agite son plumeau profane à Neuilly. Le tout pour le même prix si on ne compte qu’en argent.

Nous sommes tous « poussières d’étoiles » dit aussi le physicien rêveur qui, dans l’observation des molécules, retrouve avec audace la poésie des vers de Baudelaire. L’image a au moins le mérite de rendre lyrique la destinée toute proche de nos sinistres sénateurs.

En somme, dans notre existence ici bas, tout est à la fois lié et contrasté, comme dans un conte de Noël d’Andersen. La petite vendeuse d’allumettes grelotte sur un parvis blanc mais ses joues sont roses. Au seuil d’une ruelle lugubre enveloppée d’obscurité, ses rêves sont en couleurs et dans son âme, brûle le feu.

Quelque esprit tortueux dénichera t’il le rapport de tout cela avec La Grande Partie SOTS, Super Meat Boy ou l’annonce d‘Elder Scroll V ?

Laisser un commentaire