Transmetropolitan

« Voici une ville frappée de tous les vices imaginables, et de quelques-uns imaginés spécialement pour l’occasion. Voici Spider Jerusalem, la misérable enflure qui vous guidera à travers cette Babylone du futur. Voici un humour noir, une haine pure, et une justice qui fait serrer les dents de rage. Et au milieu de tout ça, aussi inattendue et naturelle que les larmes d’une strip-teaseuse, une oasis d’humanité. » (Garth Ennis, scénariste -retors et Irlandais- du dérangeant « Preacher »)
Transmetropolitan est un comics américain (écrit par un anglais) post-cyberpunk, un comics sans super-héros avec super-pouvoirs ; disons que le personnage principal, Spider Jerusalem, est un super-maniaque avec un super contre-pouvoir, celui de la presse, car c’est un journaliste gonzo. La société américaine y est épinglée avec la dernière férocité comme une pseudo-démocratie cynique, clientéliste et lobbyiste. Humour noir au bazooka, langage ordurier et jouissif, esprit anarcho-libertaire frondeur,  sont présents tout le long d’une série qui, après avoir reçut les éloges des lecteurs et de la critique, débarque en France (dernier numéro -6- traduit en 2010). la suite ici

Laisser un commentaire