Odyssée finale

Odyssée finale

Arthur C. Clarke s’est éteint.

S’il est du principe même de vie que les contemporains fossoient leurs prédécesseurs, fussent-ils illustres, la notre est malheureusement celle qui enterre les maîtres de l’Age d’Or de la science-fiction.
Arthur C. Clarke, auteur de la nouvelle qui inspira « 2001, l’Odyssée de l’espace » et du primé « Rendez-vous avec Rama », a traversé le 18 mars le Styx galactique pour son Odyssée finale et rejoint les Simak, Asimov et Heinlein, disparus avant lui.
Ecrivain d’une Science-Fiction optimiste et humaniste, Clarke fût à l’instar d’Asimov un scientifique en même temps qu’un chroniqueur des fantasmes du futur. Tenant de la branche « Hard Science », il s’affairait avec rigueur à dépeindre, sinon des futurs probables, du moins vraisemblables.
La disparition de cette génération, dont il ne reste plus guère que Ray Bradbury, est à l’image d’une mutation du genre. Une SF plus tourmentée, plus sombre aussi. Malgré cela, le Space Opéra, jugé ringard lorsqu’il n’est pas estampillé Star Wars, revient avec bonheur sous sa forme vidéo-ludique dans « Mass Effect » pour le jeu de rôle et « Sins of a solar Empire » pour la stratégie.
En attendant le futur Age d’Or du Space-Opéra, achevez votre hommage en visionnant les dernières aventures des énergumènes de Space Traveller dans « Space Traveller -Odyssée », en clin d’œil à l’auteur

Biographie et oeuvre d’Arthur C. Clarke

One thought on “Odyssée finale

  1. Un gros vide vient de s’ouvrir pour tous les fans de Sf. Une nouvelle génération à pris le relais – et avec brio pour certains – mais comment ne pas regretter que tous ces monstres de Sf ne puissent poursuivre leur œuvre …
    Un grand hommage à celui qui nous quittent et à tous ceux qui l’ont déjà fait !

Laisser un commentaire