Reviens gamin ! C’était pour rire…

Reviens gamin ! C’était pour rire…

Jeunesse perdue…

Le bon père de famille, soucieux de la maturation émotionnelle de sa tendre progéniture, bénéficie depuis 2003 de la classification PEGI qui orne l’arrière de toutes les jacquettes.

Une telle classification lui permettra très prochainement d’être judicieusement guidé lors de ses achats de Noël. Il lui sera cette fois-ci encore inutile de se taper Tomb Raider Legend jusqu’à son terme pour vérifier que Lara ne montre à aucun moment ce qui ne doit pas être vu par Kévin.

A titre d’exemple, cette classification PEGI garantit également à son héritier, dans sa septième année, de tirer le meilleur du français châtié d’Américan Civil War où de se prémunir de l’odieux comportement de Ray-man à l’égard d’adorables lapins.
Il se pourrait cependant que la protection de la jeunesse aille bientôt plus loin par l’introduction prochaîne d’une loi visant à interdire tout simplement la vente de jeux aux clients n’ayant pas l’âge requis. Ce qui n’est dans le système PEGI qu’une recommandation pourrait obtenir force de loi, sanction à la clef pour les contrevenants.

Par un étrange mouvement contraire, si certains jeux sont en passe de refouler les gamins à leurs entrées, l »apparition digitalisée de nos chères têtes blondes devient, sinon fréquente, du moins remarquable depuis quelques mois. Alors que les Elder Scrolls ont toujours volontairement refusé la représentation d’enfant dans leurs univers, The Witcher pullule de marmots impertinents. Bioshock va même bien plus loin encore et fait du martyr d’enfant une simple question de survie.

Le jeu vidéo est-il donc sur le point de devenir un loisir exclusivement adulte ?

Pour ma part, à jauger les nombreux dangers de cette pratique perverse, j’ai pris ma décision. Mon neveu, malgré son insistance et ses pleurs, n’aura pas de console pour Noël. Il devra se contenter de la traditionnelle et festive carabine à plomb…

Le fil de discussion sur le forum.

Laisser un commentaire